BACK TO BACK

Installation pour Nuit Blanche - Paris
Claudie Rocard-Laperrousaz, Gil Percal et Clément Lesnoff-Rocard

« Tout voyageur poursuit un fantôme qui perpétuellement lui échappe. » Aldous Huxley.

Invitation à un voyage expérimental à la frontière d'un monde digital. Perte des repères.
Par inversion numérique les silhouettes deviennent avatars.
Bâtiment du Belvédère : Projection  d’une procession d’avatars et déambulation entre des silhouettes lumineuses.

« La réalité est comme la nuit américaine - on y tourne les scènes de nuit en plein jour - ou l'effet des gestes que nous accomplirions dans une autre dimension, comme cette bouteille renversée par un mouvement brusque qui n'était que celui du rêve. » Jean Baudrillard.

L’ailleurs m’attire pour me procurer ce sentiment étrange, parfois angoissant, de me perdre dans un monde inconnu. J’aime photographier les gens de dos, par respect, par discrétion, mais surtout par attraction du mystère que ces silhouettes dégagent.
Ces dos traduisent une expression, il s’en dégage une aura, comme si leur âme en débordait.
La curiosité m’a permis de pousser plus loin l’exploration de cette émanation immatérielle, de créer en elle un voyage expérimental, de la retrousser de l’intérieur et d’opérer une inversion du verso.
Par un retour au négatif, une inversion numérique, les silhouettes se mutent en avatars, sorte de « passeurs d’âmes ».
Dans ces images devenues virtuelles à la frontière d’un monde digital, je perds mes repères.
Les références sont inconnues et libérées de toutes contraintes.
Je m’éloigne du réel à travers ce filtre numérique pour m’introduire dans un autre espace de l’image.
On en oublie le contexte et le lieu pour révéler d’autres indices plastiques oniriques, parfois inquiétants.
On ne peut se prêter à un regard détaché et pour les saisir, il faut se frayer un chemin d’accès.













www.polkamagazine.com